Internalisation des agents pathogènes entériques humains par absorption des racines dans les cultures vivrières

Avec un nombre croissant d’éclosions et de maladies associées à des produits contaminés avant la récolte, la compréhension du potentiel et des mécanismes de contamination des produits par des agents pathogènes entériques peut aider à l’élaboration de mesures de traitement préventives et post-récolte pour réduire les populations microbiennes. Les agents pathogènes entériques localisés dans les sites souterrains sur les tissus végétaux verts à feuilles empêchent leur élimination lors du lavage et de l’inactivation par des désinfectants. L’absorption radiculaire d’agents pathogènes entériques et l’internalisation subséquente ont été un vaste domaine de recherche, les résultats variant en raison des différences de conception expérimentale, de systèmes testés et d’agents pathogènes et de cultures utilisés. Le potentiel d’absorption d’agents pathogènes d’origine alimentaire, bactériens et viraux, par les racines dans les cultures vivrières est examiné. Il a été démontré que divers facteurs affectent la capacité des agents pathogènes humains à s’intérioriser, notamment le substrat de croissance (sol vs. solution hydroponique), le stade de développement de la plante, le genre et/ ou la souche d’agent pathogène, le niveau d’inoculum et les espèces et cultivars de plantes. Plusieurs mécanismes d’internalisation (« active » vs « passive ») des bactéries aux racines des plantes ont également été émis l’hypothèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.