Accord Root-Takahira

Accord ROOT-Takahira, un accord conclu le 30 novembre 1908 par le secrétaire d’État américain Elihu Root et l’ambassadeur du Japon, le Baron Kogoro Takahira. Il a déclaré le souhait des deux gouvernements de développer leur commerce dans le Pacifique; leur intention de défendre la politique de la Porte ouverte et l’indépendance et l’intégrité de la Chine; leur détermination à respecter les possessions territoriales de l’autre dans le Pacifique; et leur volonté de communiquer l’un avec l’autre si ces principes étaient menacés. (Une proposition antérieure pour un tel arrangement en octobre 1907 avait été rejetée par le gouvernement japonais, mais la suggestion a été renouvelée lorsque le comte Katsura est devenu premier ministre du Japon.) La proposition a été saluée par les États-Unis comme utile pour apaiser la croyance largement répandue que la guerre entre les deux pays était imminente, une croyance stimulée par les différends sur l’immigration japonaise, les mesures anti-japonaises en Californie et le voyage très médiatisé de la flotte américaine à travers le Pacifique. L’accord a été accueilli avec enthousiasme dans les capitales européennes mais n’a pas plu aux Chinois, qui craignaient qu’il ne renforce la position du Japon en Chine. Grâce à cet accord, les États-Unis ont reconnu la primauté japonaise en Mandchourie, tandis qu’en retour, le Japon a concédé la domination coloniale américaine sur les Philippines.

BIBLIOGRAPHIE

Esthus, Raymond A. Theodore Roosevelt et le Japon. Il est l’un des fondateurs de l’Université de Washington, en 1966.

Leopold, Richard W. Elihu Root et la Tradition conservatrice. Boston : Little, Brown, 1954.

Philippe C.Jessup / a.g.

Voir Aussimissions diplomatiques; Restriction de l’immigration; Japon, Relations avec; Traités avec des nations étrangères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.